Le Perchoir de Françoise

Pariculteurs

Programme

Lieu de vie en toiture associant agriculture urbaine verticale et espace de restauration

Lieu

Médiathèque Françoise Sagan

Paris 10e

Année

2016

Maîtrise d’ouvrage

Ville de Paris
Mandataire : Le Perchoir, Sous les Fraises

Maîtrise d’œuvre

Julien Gougeat Architecte

Superficie

600 m2

Mission

Programmation et coordination du dossier de candidature

Etat du projet
Projet finaliste

Lancé par la Ville de Paris, l’appel à projets « Pariculteurs » prévoit de végétaliser 100 hectares dédiés à l’agriculture urbaine dans la capitale. EARNEST est sollicité pour préciser la programmation du futur lieu de vie sur le toit du magnifique bâtiment historique de la médiathèque Françoise Sagan.
C’est une histoire qui se déploie très haut au-dessus du sol. Dans le ciel de Paris, au creux d’un labyrinthe végétal, où chacun est libre de cueillir les fruits du jardin. Elle emprunte aux plus beaux récits littéraires. On pense à Côme, le Baron Perché d’Italo Calvino, qui regardait le monde du haut de son arbre : « tout, vu de là, était différent ». La référence livresque n’est pas anodine : nous sommes au-dessus des rayonnages d’une des plus grandes bibliothèques municipales de Paris. Surtout, elle est un clin d’œil au nom prédestiné des porteurs du projet, les restaurateurs du Perchoir.
Les Parisculteurs de ce récit sont des spécialistes des projets en altitude. « Le Perchoir » s’est imposé comme un restaurateur pionnier des toitures parisiennes. Sur ce projet, il s’associe à « Sous les Fraises », acteur incontournable de l’agriculture urbaine, dont la pratique repose sur une technique de production verticale brevetée qui permet d’obtenir un rendement 3 fois supérieur à la surface occupée.
A la fois restaurant et jardin agricole, Le Perchoir de Françoise matérialise un espace d’ensauvagement dédié à la production et à la consommation de produits frais et organiques au cœur de la ville, en symbiose étroite avec l’activité culturelle et les publics de la médiathèque. Plutôt qu’une simple partition binaire des 600 m2 de toiture - agriculture d’une part, restauration d’autre part -, le projet imbrique étroitement ces deux éléments de programme. Notre proposition permet de cultiver un total de 1000 m2 de culture maraîchère verticale (300 m2 de ferme maraîchère, et 700 m2 d’arches maraîchères), bordant l’emprise centrale du café-restaurant de 300 m2 au sol. S’implanter au-dessus d’une médiathèque n’est pas neutre : l’idée n’est pas de construire une programmation hors-sol, mais bien d’envisager le Perchoir de Françoise comme une extension de sa programmation culturelle.


 

© Julien Gougeat